Accueil /  Histoire et Territoire /  Les actions de sauvegarde du patimoine
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Ajouter aux favoris

Les actions de sauvegarde du patimoine

Sauvetage d'une plaque d'enduits peints doublement millénaire

En aout 2019, une plaque d’enduit peint retrouvée encore en place, adossée à un mur suite au chantier de fouille du mois d'août méritait une attention particulière. Ce décor d’intérieur, d’un rouge encore vif ornait certainement une des pièces d’une domus, une maison romaine, découverte sous les niveaux du forum. Elle aurait été rasée volontairement entre 20 et 10 avant notre ère pour faire place au monument public.

Au vu de l’état de conservation de la plaque peinte, très fragmentée et fissurée, et du risque de dégradation durant l’hiver (gel, pluie, vent), il a été nécessaire de faire appel à un restaurateur spécialisé pour la dépose de la plaque. C’est l’Atelier Alain WAGNER qui s’est chargé de cette délicate opération.

Le but était de décrocher du mur les plaques d’enduits peints sans les endommager.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

 

Avant de se lancer, une phase d'analyse était nécéssaire pour les restaurateurs. Après une observation fine de l’ensemble, ils ont élaboré un plan de prélèvement, pour définir en combien de parties le décor peut être prélevé.
Protégée par du géotextile et mise sous bâche depuis le mois d’août, la plaque devait être ensuite nettoyée. À l’aide d’éponge et d’eau, les restaurateurs ont retiré les restes de terre et de poussière qui adhéreraient à la surface de l’enduit. Après un séchage complet de cette dernière, la suite de la dépose pouvait être engagée…

S'ensuit la phase d'encollage. Elle consiste à placer des bandes de gaze en coton sur l’enduit qui vont permettre de fixer les morceaux d’enduits entre eux, avant de tenter de décoller la plaque du mur. Cette délicate opération est réalisée à l’aide de fines lames tranchantes de métal que l’on fera glisser entre le mur et l’enduit, afin de délicatement détacher la plaque et la réceptionner sur un support en bois.

Une fois décrochée, chaque plaque d’enduits devait être conditionnée à l’abri des chocs éventuels, mais aussi de l’humidité et des changements de température. Chaque fragment a donc été placée sur des blocs de mousse rigide et entouré de feuille de plastique opaque et étanche en vue de leur stockage.

Décroché en plusieurs morceaux, ce décor doublement millénaire pourra être restauré entièrement pour être recollé et conservé dans de bonnes conditions.

Consolidation et restauration du pont romain


350m de cordes, une multitude d’outils, 4 mains, une grue et près de 6 tonnes déplacées !

Le pont avant restaurationDu 12 au 15 novembre 2019, une première phase de travaux de consolidation du Pont Ambroix a été réalisée.
Ce pont romain, bâti il y a plus de 2000 ans pour permettre à la célèbre Via Domitia de franchir le Vidourle, était composé d’une dizaine d’arches à sa construction. Il n’en reste plus qu’une aujourd’hui, positionnée au milieu du cours d’eau. Afin de préserver au mieux ce patrimoine classé au titre des Monuments Historiques depuis 1840, des travaux ont donc été programmés.
L’ouvrage a déjà connu différentes campagnes de restauration ou de consolidation dont les plus récentes remontaient à 2003.


Seize ans plus tard, il était nécessaire d’engager une nouvelle campagne de restauration comprenant en priorité la dévégétalisation de l’ensemble de la structure et surtout l’éradication d’un figuier qui avait pris place en bordure de voûte, ses racines soulevant un voussoir d’une arche disparue.
En effet, il s’agissait là du principal problème de conservation. Le pont est bâti à joint vif, c’est-à-dire qu’il n’y pas de mortier (ou autre « colle ») entre les pierres. Chacune d’elles, taillée parfaitement, est simplement posée et positionnée à un emplacement prévu. Le poids des blocs (entre une et deux tonnes) et la gravité terrestre suffisent pour que l’ensemble du monument tienne, et cela, depuis plus de deux millénaires. le figuier
Cependant, l’accumulation de terre dans les joints entre les pierres et l’apport de graines (vent, oiseaux, etc.), créent des zones propices au développement de végétaux. Ces derniers, au fil des années, en poussant, désolidariseront les blocs en les écartant progressivement.


Les cordistes au travailCe sont des ouvriers-cordistes de l’entreprise M.C.R., assistés d’une grue de 35m, qui ont mené ces travaux à bien. Après l’installation de câbles et de cordes assurant leur sécurité sur l’ensemble de l’arche (10 m de portée, 9m de haut), ils ont enlevé manuellement, l’ensemble des végétaux en grattant en profondeur pour atteindre les racines les plus enfouies dans le monument.

Concernant le figuier, son éradication fût plus complexe que prévue : 3 pierres de plus d’1tonne et demi ont dû être temporairement enlevées pour atteindre le tronc et les racines de l’arbre. De nombreuses ramifications ont pu être identifiées et retirées. Une opération délicate et très physique.
Une seconde phase, qui sera réalisée très prochainement, sera d’assurer le rescellement des pierres avec un mortier à la chaux, afin d’empêcher l’infiltration de l’eau de pluie et de ralentir ainsi la repousse des végétaux. Rejointer le sommet de l’arche pour étanchéifier l’ensemble constitue une prochaine étape essentielle à la conservation de ce patrimoine.

Ambrussum et accessibilité


En savoir plus sur l'accessibilité

Prochainement :

 

  • Atelier des vacances de février :  "Se vêtir : du mouton à la toge"

Les horaires


  • Le musée archéologique est ouvert du mardi au dimanche de 14h à 17h30.
  • Le site archéologique est accessible en permanence, indépendamment du musée.

Consultez tous les horaires

Accès au site

Informations

En vente au musée

Découvrez la cervoise d'Ambrussum

Cervoise d'Ambrussum


En exclu au musée !
33 cl => 2,5 €
75 cl => 5 €

Label AB
Brassée par la Brasserie des Garrigues (Sommières)

Les labélisations

Logo du réseau Sites d'Exception